un printemps tardif

Ce printemps qui s’attarde en début d’été me donne l’occasion de rencontres naturalistes rares

comme cette très belle orchidée sauvage

sabot de Vénus (Cypripedium calceolus)

Ou cette prairie alpine d’orchis sureau (Dactylorhiza sambucina) à deux couleurs